• Viriditas

    La sueur des villes
    M’étreint comme une amante
    Baisers chauds d’herbe sèche,
    Baisers de bitume orageux

    [] 

    Et ses grands cheveux nitescents
    Abandonnés entre mes mains dansantes
    Ondulent lascivement dans la touffeur d’août
    Nous ne savons que faire
     

    Et toujours le désir comme une cathédrale sous ma chair

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :