• Scène: baiser blanc

    Au creux du geste, le fil ;
    La parole sur un ton apaisé

    Les hanches du monde
    Qui font se répondre la terreur et la danse

    Le déséquilibre qui gronde
    Et l’orage qui s’enroule au sein de l’eau inquiète.
     
    La chair est au calme ;
    La beauté peut alors commencer à se faire mémoire.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :