• Sans or

    Le domaine des possibles semble ébréché,
    La fusion bienheureuse déliée;
    Que nous reste-t-il sans or, sans paix, sans volupté,
    Avec une colère vivante sur la peau,
    Grande comme une cathédrale,

    Sans raison?

    Je vais chercher dans la maison entière
    Collectionner les odeurs, les morceaux de tissu
    Les attentions et les confiances;
    Je vais chercher de quoi apprendre
    Qui on est quand on est au calme.

    Et puis je vais retailler le costume vert espoir
    Au sécateur comme le creux d'un lit;
    Tisser de nouveau un nid patient, soufflé par les mots
    Qui ont crevé ce que l'amour avait noué
    Et effacé le temps blanc de la confiance qui s'érige.

    Cherchons les indices, nu-pieds dans les bois
    Portez haut mes couleurs et mes héros.
    Aragon mentait quand j'avais confiance,
    Dans toutes ces merveilles visibles pour moi seule.
    Je sais qu'elles sont toujours là; elles ont peur.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :