• pourquoi toujours le refuge du sybillin poétique?

     

    rêves embrigadés,
    visage dégradé,
    aucune certitude rassurante,
    parfum des questions lancinantes.

    ces fétiches banals,
    que l'on retrouve à la lumière d'un fanal,
    les jours de grand vent,
    entre les grains du bitume fumant

    feuillets paraphés, strates de la mémoire
    un ancien chemin méconnu, illusoire,
    se ferme sous les pieds,
    alors qu'on le parcourt de l'être entier

    marques du passé perdues,
    stigmates sans yeux à l'entour tendu,
    les phrases non achevées,
    qui déroulent l'inventaire des souvenirs crevés.

    pas de raison...muselez le trouble, annihilez les
    nausées matinales



    "Je n'ai jamais personnellement recherché l'immortalité.
    On naît, on grandit, on vieillit.
    Au soir de sa vie, on devient désabusé sur soi-même et le monde.
    Je suis devenu désabusé bien avant le grand âge.
    S'il y a quelque chose au-delà, alors ce doit être véritablement terrifiant."
    Sergei Rachmaninov


  • Commentaires

    1
    Dimanche 4 Juin 2006 à 18:32
    Deviante
    Les extraits des ecritures choisie m'emporte dans un flux d'inspiration d'ou je te blogroll si tu le permets
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :