• Kyrielles


    Celui qui dénoue et dépingle ses cheveux
    C'est le jeune enfant au corps joueur et lisse;
    La lourde masse jusqu'au sommet de ses reins glisse
    Cérémonie vespérale, heure des aveux.

    Celle dont, au moindre silence, le front se plisse
    C'est la jeune idéaliste, qui croit en ses voeux;
    Son corps fatigué ne jure que par ce qu'il veut
    Immobile, la bouche déformée, elle rêve un lys.

    Celui qui, de ses forts bras déjà pauvres et las
    Porte son vin, et promène son regard plat
    C'est le presque-vieux, au devenir incertain.

    Celle dont les yeux ont blanchi, mangés de veilles
    C'est la tragique demoiselle, la vieille.
    Voilà quelques fantômes d'une glace sans tain.


  • Commentaires

    1
    Samedi 10 Juin 2006 à 21:00
    popo
    pas tout compris, mais je le trouve très beau ce poème
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :