• Emétique II

    La pâte dans mes yeux qui n'aime pas les couleurs;

    Les mains sont pleines de terre, de boue
    Sans cesse; je les porte à mes yeux, je les referme,
    Je les regarde: mains emplies de terre liquide
    Les graviers griffent mes yeux,

    Et la pâte-boue mange les couleurs.

    Ils ont enfanté d'un arbre, un véritable arbre, en ramassant des feuilles
    Collées soigneusement par leurs mains légères et aimantes, brindilles, terre sèche
    Leurs yeux noirs ont brillé et brillé de nouveau,
    La tête toujours un peu baissée mais pas le regard

    Et leur arbre existe, il prend pied, ses jointures s'harmonisent
    Le dessin des branches gagne en souplesse
    Ils ont fait un arbre aux yeux noirs qui brillent maintenant.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :