• 2005 XVIII

    je n'arrive plus à m'ouvrir aux gens. je ris peut-être, mais mon coeur veille. m'exprimer m'effraie tant que je le fais de moins en moins. si l'on voyait ce qu'il y a en moi? voici la question qui me taraude chaque fois que j'ai laissé transparaître quoi que ce soit, joie ou tristesse. je ne supporterais pas qu'on sache quels desseins me font survivre. que quelqu'un connaisse le moindre aspect de mes pensées, cette possibilité me fait frissonner de dégoût et de peur. je ne peux laisser apercevoir quoi que ce soit. il faut que rien ne m'échappe, que je retienne tout. il faut que je contrôle chaque geste, chaque inflexion, chaque mot, chaque regard enfin. j'ai du mal. mais je m'améliore de jour en jour. mes propres parents maintenant me croient d'humeur très égale, presque joyeuse, alors que je suis dans une noire mélancolie, oscillant entre les moments de doute, de joie presque, et de folie sombre. ceux qui se disent mes amis n'ont rien pu remarquer, je ne les vois presque plus pour être sûre qu'ils ne verront rien. j'ai dû me séparer de mon meilleur ami; il était trop dangereux. tout est prêt pour me forger une cuirasse d'invincibilité. personne ne me connaîtra. personne ne saura mes faiblesses, mes désirs. et personne ainsi ne saura me toucher, m'atteindre, ni même où me porter un coup. personne ne saura qui je suis, ce que j'aime réellement, ce qui me fait peur, à quoi je pense durant toutes ces nuits blanches d'hiver, ce qui me met des frissons idiots au dos, ce qui me touche enfin. ceux qui y tiendront connaîtront mon image, un composé, assez fascinant pour présenter quelque intérêt apparent, que j'ai eu patience et plaisir à assembler, assez complexe pour tenir six ou sept conversations. je passerai pour quelqu'un d'autre que je ne suis pas. depuis mon enfance j'ai l'amour du déguisement; ce ne sera qu'un déguisement plus abstrait. je serai lisse, souriante; tout glissera sur moi. je n'afficherai plus mes réactions sur ce visage qui sera désormais égal. personne ne saura rien.

  • Commentaires

    1
    visiteur
    Mercredi 25 Octobre 2006 à 16:37
    expérience personnelle
    Si la carapace est trop resistante aux assauts exterieur le jour venu elle brisera de l'interieur
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :